Les Simyanettes: la boîte aux lettres au Coq.

Julien Simyan (1850-1926) sous-secrétaire d’Etat chargé des Postes dans le cabinet Clémenceau, considérant sa charge comme un marchepied politique veut marquer son passage; pour cela il lance en 1908 les Simyanettes, boîtes aux lettres en fonte, dont il existe deux modèles: monté sur colonne d’acier ou mural. Mais cette année là, Simyan qui se prend pour un grand réformateur du service postal, fait publier le 10 août 1908 une circulaire remettant en cause les règles de l’avancement et des mutations. Cela aboutira a la grève des postiers de mars et mai 1909. Le 20 juillet 1909 le ministère de Clémenceau tombe entraînant bien entendu le départ de Julien Simyan du sous-secrétariat d’Etat aux Postes et Télégraphes, réalisation tardive de la promesse faite par Clémenceau aux grévistes quelques mois plus tôt. Malgré un fond incliné à 45° permettant de faire glisser aisément lettres et cartes au moment du levage, les Simyanettes n’auront pas le succès des « mougeottes » et sitôt leur promoteur disparu de la scène ministérielle, l’implantation a de ce nouveau type de boîte aux lettres été rapidement abandonnée.

Simyanettes: Boîte aux lettres, coq gaulois, 1908.
Boîte aux lettres, coq gaulois, 1908: la Simyanette.

De nouvelles boîtes aux lettres voit le jour près des stations de métro à Paris en 1908: les Symianettes. On peut d’ailleurs voir une de ces nouvelles boites aux lettres sur une carte postale de Paris à la sortie du métro Station Place d’Italie:

Métropolitain Station Place d'Italie - Les nouvelles boîtes aux lettres et Bd de la Gare.
Métropolitain Station Place d'Italie - Les nouvelles boîtes aux lettres et Bd de la Gare.

Vous pouvez consulter un sujet sur ces nouvelles Boîtes aux lettres (Station Place d’Italie – Les nouvelles Boîtes aux Lettres ), sur le site Cparama.

L’Illustration du 15 février 1908 écrit au sujet de cette nouvelle boîte aux lettres au « Coq »:

Constamment soucieux d’améliorer le fonctionnement d’un de nos services publics les plus importants, M. Simyan, l’actif sous-secrétaire d’Etat chargé de la haute direction des postes, vient d’adopter un nouveau type de boîte aux lettres, dont on peut déjà voir plusieurs spécimens placés aux stations du métropolitain. Le réceptacle est un prisme quadrangulaire de 0 mètres 22 de côté sur 0 mètres 56 de hauteur; un petit toit pyramidal qui le couvre se prolonge en auvent au-dessus de l’ouverture, de façon à le protéger contre la pluie; à l’intérieur, un plan incliné à 45 degrés facilite la chute des lettres dans le sac des facteurs, et ce simple dispositif supprime le risque d’un oubli, toujours possible avec un fond horizontal. Mais l’architecte de ce modèle, M. Maurice Vincent, tout en se proposant de l’établir dans des conditions essentiellement pratiques, n’en a pas négligé l’aspect extérieur. La boîte est surmontée, à sa face antérieure d’un coq Gaulois que l’administration serait, dit-on, désireuse d’adopter comme emblème pour tout ses services. A sa base, elle est prise par des motifs d’angle: des feuillages sortant d’un culot qui couronne une colonnette en acier, de 0m.08 de diamètre. Le ton de l’ensemble, bronze vert et patine florentine, se rehausse de l’or de l’inscription et du fond ou se détache le coq Gaulois, sujet agréablement décoratif; et ainsi une innovation utilitaire peut contribuer à l’esthétique de la rue.

Vous pouvez voir une photographie d’une boîte aux lettres Symianette 2ème type de 1925 en Fonte Fabriquée par Delachanal Par MuséedelaPoste: Symianette

Si cet article sur les Symianettes vous a plu, pourquoi ne pas le partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *