Zizi Bamboula.

Se souvient-on aujourd’hui de la grandeur et de la décadence de Zizi-Bamboula, l’homme-singe de Bornéo? Ce singe fut un matin de 1908 l’homme du jour: la presse le fêta et publia son portrait. Il était né, disait-on, d’une négresse et d’un gorille. A Paris on pu admirer pendant quelques jours au Bal Tabarin ce phénomène unique et troublant qui a soulevé une polémique dans les journaux du monde entier. Etait-ce un homme? était-ce un singe ? C’est ce que se demandait le population parisienne en septembre 1908 en voyant Zizi-Bamboula rapporté de l’île de Bornéo.

Les Fêtes de Paris. Ménagerie Edmond PEZON - Zizi-bamboula.
Les Fêtes de Paris. Ménagerie Edmond PEZON – Zizi-bamboula.


Cette carte postale n’est certes pas en bon état mais elle fait partie de la vie parisienne de l’époque et raconte une tranche de son histoire alors voici l’histoire de Zizi Bamboula: au mois de juillet 1908, un navire Italien la Pieuvre, que commandait le capitaine Vieheli, fut obligé pour remplir ses soutes de charbon, de faire escale à Samarinda (Bornéo). Le capitaine accompagné de quelques matelots décida de faire une petite escapade à l’intérieur des terres. Après plusieurs heures de marche, la petite troupe rencontra une habitante de Bornéo qui tenait dans ses bras et allaitait un être du plus étrange aspect. La tête présentait une apparence simiesque que modifiaient seulement des oreilles humaines; mais elle surmontait un corps entièrement dépourvu de poil et ne montrant aucune trace de queue. Quant aux pieds et aux mains, ils étaient exactement conformes a ceux de membres humains. Le crâne,  se couvrait d’un léger duvet crépelé, assez semblable aux cheveux d’un nègre. Un homme-singe!, qui se retrouva bien malgré-lui dans l’une des ménageries des célèbres frères Pezon. Le sculpteur Bartholdi s’inspira d’ailleurs d’un des lions (Brutus) des frères pour son fameux lion de Belfort et la reproduction en bronze qui trône place Denfert Rochereau. A cette époque, les Parisiens étaient friands de numéros de dressage et les ménageries de la région attiraient un nombreux public. Nul doute que Zizi-Bamboula allait faire un tabac dans la capitale.

Zizi Bamboula le chimpanzé de la Ménagerie PEZON.
Ménagerie Edmond Pezon – Le chimpanzé Zizi-Bamboula 1908. @Base Phocem

Zizi Bamboula l'homme-singe de la ménagerie PEZON.
Ménagerie Edmond Pezon – Le chimpanzé Zizi-Bamboula 1908. @Base Phocem

 Zizi Bamboula riait et pleurait comme un humain, et quelquefois grincheux, il ouvrait la bouche comme pour dire du mal de son voisin; Encore malin comme un singe et déjà méchant comme un homme. Les dévots de l’athéisme sautaient de joie et criaient: « Nous avons retrouvé notre père! ». Ils mettaient sa photographie parmi leurs portraits de famille et entonnaient leur credo: « Au commencement était le singe ». Et ceux-ci répétaient: « La preuve que Dieu n’existe pas, c’est Zizi-Bamboula. ». Tout le monde des savants était en émoi.. jusqu’au moment ou des naturalistes déclarèrent que l’infortuné Zizi Bamboula, loin d’affirmer la doctrine de Darwin, n’était qu’un vulgaire chimpanzé souffrant tout bonnement d’une maladie de peau… d’eczéma, tout comme un simple humain. Quelle chute pour cette histoire.

Si cet article « Zizi-Bamboula. » vous a plu, pourquoi ne pas le partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *