Archives par mot-clé : personnage

In Vino Veritas.

Le vin, boisson « hygiénique » de ce début de XXème siècle. L’homme que nous voyons sur la carte postale en était surement persuadé, la bouteille de vin que nous y voyons est vide, plus une goutte. A moins que cet homme, ivrogne de surcroit, tenait à vérifier ce proverbe: « Avec des si on mettrait Paris en bouteille ». Dès la fin du XIX siècle de nombreux médecins déconseillent l’abus de consommation du vin. M. Lancereaux, Médecin des hopitaux de Paris et membre de l’académie de médecine présente le 7 septembre 1897 un travail dans lequel il a cherché à démontrer que la cirrhose du foie était surtout la conséquence de cette boisson.

Litronneur avec sa bouteille de vin.
Ivrogne tenant sa bouteille de vin vide d'une main et se raccrochant à un lampadaire de l'autre.

Lire la suite de l’article In Vino Veritas.

Le charmeur d’oiseaux.

On peux les voir partout, ils filent dans le ciel, se posent sur les toits et picorent sur le sol. Ce sont les oiseaux de la ville.  Ces oiseaux n’ont jamais déserté le ciel de Paris. Un homme au début du XXème siècle arrivait même à les charmer. Cet charmeur d’oiseaux s’appelait monsieur Henry Pol qui faisait étalage de son art de charmeur aux jardins des Tuileries.  Les quelques lignes suivante sont tiré du Petit journal illustré du 22 janvier 1911: « Tous les parisiens, et tous les étrangers qui traversent notre capitale, connaissent M. Henry Pol, cet excellent homme qui, en dépit de ses 75 ans, vient tous les matins et tous les après-midi apporter des mies de pain aux oiseaux des Tuileries. On les découvrent en traversant le jardin au milieu d’un groupe de curieux. Des pigeons irrespectueux viennent se poser sur son épaule; des moineaux impudents s’installent sur son chapeau. A chacun, il a donné un nom. Voici le « Kroumir », voici le « Danseur », « Marie Stuart », « Robert Macaire »; il les connait tous et tous le connaissent. Quand il arrive au jardin, une centaine d’oiseaux lui font escorte et, le banquet terminé, quand il quitte la place, toute sa petite famille l’accompagne. La tâche de charmer les oiseaux, que s’est donnée M. Pol, exige non seulement une patience et une douceur infinies, mais encore un sentiment très vif de la psychologie animale. Il faut comprendre que les oiseaux pour s’en faire aimer, pour leur parler un langage qu’ils puissent entendre. M. Pol y réussit à merveille. »

Paris- Le charmeur d'oiseaux aux Tuileries.
Henry Pol, le charmeur d'oiseaux aux Tuileries.

Lire la suite de l’article Le charmeur d’oiseaux.

Clochards Parisiens.

Le Clochard peut-être défini comme une personne qui vit sur des lieux publics et qui ne dispose pas d’un espace privé personnel. Le vagabond n’a  donc pas de domicile fixe. Le mot clochard vient de « clocher » ou « boiter » et date de 1895. Avant le clochard était nommé mendiant ou vagabond. Un chemineau est un mendiant doublé d’un vagabond. L’attirance des grandes villes est très  forte pour les miséreux. A Paris lors des expositions universelles de 1889 et 1900 les vagabonds sont nombreux. La gazette des tribunaux en novembre 1889 rapporte le récit de rafles dans le quartier des halles. Les vagabonds arrêtés sont des provinciaux qui venus pour l’exposition, s’étaient retrouvés à Paris sans le sous et n’avaient donc pas pu ou pas voulu repartir de la Capitale.

Les chemineaux sur les berges de la Seine.
Carte postale représentant des chemineaux buvant a grande rasades un litron de vin.

Lire la suite de l’article Clochards Parisiens.