Bibi la Purée.

Bibi-la-Purée. personnage pittoresque de Montmartre et de Pigalle,  ami de Verlaine. Probablement né en 1847 et décédé en 1903 voici donc le portrait d’André-Joseph Salis de Saglia paru dans la Revue universelle en 1903: « Bibi la Purée est mort, et, comme tant d’autres célébrités, il est mort à l’hôpital. Célèbre, André Salis (c’était son nom) ne l’était guère que sur la route qui mêne de Montmartre au quartier latin, mais il jouissait là d’une incontestable popularité que lui avaient value ses allures d’excessive bohême, son masque grimaçant et les accoutrements dont il couvrait avec une fantaisie outrancière son pauvre corps étique. Généralement coiffé d’un chapeau haute forme d’ou s’échappaient en confuses mêches quelques cheveux épargnés par la calvitie, le cou emprissoné dans un col de hauteur inusitée et d’empesage négligé, perdu dans d’invraisemblables redingotes, on le voyait trainer devant les cafés et les bars ses souliers éculés que recouvraient, suivant une mode à laquellle Bibi est resté fidèle, de sordides guêtres blanches; ainsi accoutré il vendait des cartes postales, cirait les bottes et portait les billets doux. On a cru reconnaître en lui un sculpteur de talent déchu peu à peu, mais ce n’était qu’une légende; n’était-il pas plutôt quelque viel étudiant en droit attardé au quartier? »

Texte tiré de la Revue universelle : recueil documentaire universel et illustré publié sous la direction de M. Georges Moreau (Paris. 1903)

Carte postale comptemporaine de Bibi la Purée écrite en 1901:

Bibi la Purée.
Bibi la Purée grande figure incontournable du quartier latin en 1900.

Lire la suite de l’article Bibi la Purée.

La Place du Tertre.

La place du Tertre à Montmarte: cette place située sur les anciennes terres de l’abbaye de Montmarte dont elle était le coeur est cachée au sommet de la butte. Cette place fait penser à une petite ville de province,  qui aux premières heures du jour ressemble encore tant au petit village qu’était Montmartre autrefois, bordée de demeures humbles et de petits commerces dont le restaurant de la Mère Catherine. Petite place pavée et accueillant les marchands ambulants sous ses rangées d’arbres, cette place est désormais célébre grace à ses peintres et caricaturistes qui tentent, par tous les moyens, d’attirer l’attention des touristes tout au long de la journée. Située à quelques mètres de la Basilique du Sacré-Coeur à une hauteur de 130 m d’altitude son nom provient du lieu dit le Tertre ou le Tartre dû à sa situation au sommet de la butte, bien que le receveur des biens de l’abbaye et sergent à cheval de Paris en 1503 se nommat Guillaume Dutertre. Cette ancienne place publique ouverte et plantée d’arbre en 1635 a été fréquentée, de la fin du 18e siècle au début de la Première Guerre mondiale, par de nombreux peintres, chansonniers et poètes. Charme et succès  pour cette place qui est aujourd’hui souvent difficile à traverser, tant les touristes s’y pressent pour admirer les tableaux ou pour rejoindre la basilique du Sacré Coeur, située à proximité de la place.

Le restaurant de la Mère Catherine.
Carte postale – Place du Tertre, coin Norvins à Montmartre. On y aperçoit le restaurant de la Mère Catherine.

Lire la suite de l’article La Place du Tertre.

La Tour Eiffel se dresse.

Le 31 mars 1889, le président Sadi-Carnot inaugure la tour Eiffel. Eiffel, très ému, hisse un immense drapeau tricolore au sommet de la tour tandis que 21 coups de canon retentissent dans le ciel de Paris. Un mois après l’Exposition Universelle débute. Tous les grands de ce monde font le voyage, de l’archiduc Charles Ferdinand d’Autriche à Thomas Edison en passant par Buffalo Bill, le célèbre héros du Far West. Mais la tour ne sera accessible au public que le 15 mai 1889, neuf jours après le début de l’exposition universelle; jour ou les premiers visiteurs, d’un pas curieux, excité, pourront monter, voir, toucher, sentir l’immensité de la géante de fer. La tour domine alors de ses 313,2 mètres l’exposition universelle et celle-ci ne cessera de grandir. 122 ans plus tard la « Dame de fer » mesure 327 mètres. La « Dame de fer » et ses 18038 poutrelles métalliques et ses 2500000 rivets est construite par 132 ouvriers en seulement deux ans, deux mois et cinq jours (1887 – 1889) sous l’égide de l’ingénieur Alexandre Gustave Eiffel.  Son poids est de 10100 tonnes et la tour compte 1710 marches (1655 maintenant). A l’origine de ce projet titanesque, deux ingénieurs des ateliers de l’Ingénieur Gustave Eiffel : Koechlin & Nouguier. Le projet remporte le concours de l’Exposition universelle et Gustave Eiffel se charge de financer le chantier. La notoriété de l’entreprise Eiffel, en matière de constructions métalliques, était indiscutable à l’époque. Mais la tour Eiffel ne reçut pas que des éloges et la tour est vivement critiquée. « Elle s’écroulera au premier coup de vent » pronostiquent certains. « Le squelette creux » de Guy de Maupassant aurait du être démantelée vingt ans plus tard.

La tour Eiffel en 1900 a l'Exposition Universelle.
Carte postale de la Tour Eiffel en 1900 à l'Exposition Universelle avec à ses pieds le Globe Céleste.

Lire la suite de l’article La Tour Eiffel se dresse.

"Sous le pont Mirabeau coule la Seine" Apollinaire