Le fiacre.

Ce mot fiacre, employé pour désigner les voitures de place qui stationnaient sur la voie publique, vient de celles qui, à Paris, furent ainsi misent à la disposition du public, en 1640, logeaient dans l’hôtel Saint-Fiacre rue Saint Antoine, ou elles avaient été établies par un nommé Sauvage, facteur du maître des coches d’Amiens. Ils remplacèrent assez vite les chaises à porteurs. (Dictionnaire encyclopédique Quillet-1939.) Mais replaçons nous à la fin du XIXème siècle: la compagnie générale des voitures à Paris qui à succédé à la compagnie générale emploie en 1896 plus de cinq mille cochers et plus de la moitié des fiacres en circulation lui appartiennent. Plus de cinq cents autres compagnies n’employant pas plus de cinq personnes se partagent cinq mille autres voitures. En 1900, on dénombre 10863 fiacres hippomobiles à deux places contres 115 voitures de place automobile. Nous sommes en pleine apogée du cheval et du fiacre mais le déclin sera rapide.

Carte postale d un fiacre - Le cocher ; le pourboire.
Le cocher: Montez, bourgeoise, en ma voiture. Mon cheval marche à toute allure.

J’étais installé dans un fiacre,  ma valise à côté de moi. On ne se souvient déja plus de ces cochers de Paris avec  leur haut de forme noir ou blanc, et leurs longues houppelandes couleur tabac, pour la plupart. Je n’ai jamais su en quoi ces hauts de forme étaient faits; ils étaient vernis et brillants, mais ce qu’il y avait sous la couleur; c’est ce qu’il n’était pas facile à deviner. C’était haut, important. C’était surtout visible de loin, quelquefois orné d’une aigrette ou d’un ruban de métal qui brillait. Des sabots pleins de paille, en hiver,et une couverture de cheval enroulée autour des jambes complétaient cet équipement que rendait souvent pittoresque un vaste cache-nez dont les pointes flottaient par derrière. J’étais tombé sur un vieux cocher et un petit cheval qui n’allait pas vite, mais c’était tant mieux. Il ne pleuvait pas, le fiacre était découvert. Je m’étais laissé aller en arrière sur les coussins de couleur tendre, mais singulièrement crasseux et fatigués, avec un grand soulagement, je dois le dire, n’ayant plus maintenant qu’à me laisser porter jusqu’à la rue de l’Odéon ou j’avais une chambre. C. F. Ramuz ( Paris, Notes d’un Vaudois)

Carte postale Carrefour des Bds Montmarte et des Italiens.
Carrefour des Bds Montmartre et des Italiens – La station d omnibus

Cette carte postale d’un Paris sillonné par les omnibus, les fiacres et les charrettes à bras dans un ballet d’encombrements rappelle curieusement ceux que nous connaissons aujourd’hui. On y voit la cohabitation des Omnibus hippomobile et des Omnibus à moteur. Un siècle en chasse un autre.Tout cet entrelacement de véhicules provoquait de nombreux accidents: en 1907, la liste funèbre monte à 223 morts et plus de 16 765 blessés. Le physicien Français Pierre Curie décèdera d’ailleurs à Paris, renversé accidentellement par un camion à cheval le 19 avril 1906. La première ligne d’autobus à moteur, Saint Germain des Prés – Montmartre apparut en 1905 ainsi que le premier fiacre automobile. Ce fiacre automobile, bientôt baptisé taximètre est en passe de détroner le fiacre à cheval, bien que modernisé sur pneumatiques et doté du dernier confort (même de chaufferettes en hiver). Dès 1907, le rapport passe à 9409 fiacres hippomobile contre 2359 véhicules automobiles. les fiacres ne survécurent pas à cette concurrence et disparaitront un à un. Le « Mercure de France » du 15 février 1922 annoncera avec nostalgie la disparition du dernier fiacre à cheval de la capitale.

Si cet article « Le fiacre. » vous a plu, pourquoi ne pas le partager:

5 réflexions au sujet de « Le fiacre. »

  1. bonsoir , mon arrière grand-père , Henri Schlaeintzauer était cocher , existe-t-ildes traces de sa présence dans des archives d’une sociétée , merci .

  2. Bonjour,
    Mon arrière grand père, François Louis GUEZOU était également cocher à Paris, je serai également intéressée de savoir s’il existe des archives et où les consulter.
    Merci par avance pour votre aide.

  3. je cherche des infos sur la mort accidentelle, survenue …. ….. 1905 à montmartre. victor claude gueudret, âgé de 47 ans fùt écrasé par ses chevaux ? il était âgé de 47 ans, né le 11/02/1858 dans le 6ème – marié deux filles

  4. bonjour, mon arrière grand père était cocher en 1905 à Paris, Alexandre MIRAULT, je suis interessée par des infos si vous en avez
    merci par avance

  5. mon grand pere etait cocher a paris en1905 son fils paul ne le vingt avril 1905 a ete declare par ses voisins absent pour travail je souhaiterai savoir les origine de ce grand pere merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *