La Savoyarde.

La Savoyarde. Et bien non, ce n’est pas le nom d’une spécialitée culinaire de la capitale mais de la célèbre cloche de la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre offerte par les fidèles du diocèse de Chambéry en Savoie. Lors de la construction de la Basilique du Sacré-Coeur, plutôt que de participer à une souscription nationale, les savoyards préférèrent se distinguer en offrant une cloche. Elle fut fondue en 1891 à Annecy par l’entreprise Paccard. Nombreux furent les Parisiens qui assistèrent au baptême de Françoise-Marguerite. En voici les chiffres officiels:  3,000 personnes ont pu pénétrer dans la basilique lors de cette cérémonie. Le chiffre des entrées dans le chantier a été de 45,000. Enfin, on évalue à plus de 100,000 le nombre des curieux qui ont stationné dans la rue Lamarck et les rues adjacentes pendant la cérémonie dont ils pouvaient saisir quelques détails. Il faut dire que cette cloche offerte à la basilique du Sacré-Coeur de Paris par le Diocèse de Chambéry en Savoie est la cloche de tout les superlatifs: son poids de 18835 Kg. forme avec son battant et les accessoires un poids total de 26215Kg. C’est la plus grosse cloche de France.

La Savoyarde cloche de la basilique du Sacré-Coeur.
La grosse cloche dite La Savoyarde du Sacré-Coeur de Montmartre.

 

Replongeons nous dans le Journal La Croix du mardi 15 Octobre 1895:

La Savoyarde est arrivée à Paris vendredi soir, en gare de Bercy, à 6 h. 37, sans aucun incident. On voit qu’elle a voyagé à petites journées, comme faisaient jadis les très grands personnages. Elle était partie lundi d’Annecy. Nous avons déjà dit les difficultés qu’on avait éprouvées à Annecy pour la mettre en route. On ne transporte pas aisément une pièce pareille. Rappelons les dimensions de cet admirable bronze qui chantera bientôt sur Paris les gloires de Dieu. La Savoyarde pèse 17 tonnes et demi. Elle a 4 mètres de hauteur; son diamètre est de 3m03, ce qui lui fait une circonférence de plus de 10 mètres; exactement 10m,36. L’épaisseur à la base est de 0m,22. Sur un fourgon à part étaient placés le battant en fer forgé qui pèse 835 kg., avec l’anse qui doit servir à fixer ce battant, laquelle pèse, seule, 94 kg.

Comme la hauteur dont on pouvait disposer au-dessus des trucs ordinaires, sur le parcours des voies ferrées de P.-L.-M., à cause des tunnels et des ponts n’était que de 3m30, il avait fallu placer la cloche sur des trucs très bas, rasant presque le sol à quelques centimètres à peine du niveau des rails. De la gare de Bercy, la  Savoyarde  a été conduite sans difficulté, par les voies de Ceinture à la gare de la Chapelle. Et ce n’est qu’aujourd’hui lundi ou même peut être seulement demain matin mardi qu’elle sera montée à Montmartre. Il faudra 25 chevaux pour rouler le fardier jusqu’au sommet de la butte, en suivant probablement les rues Ordener, Dechesme et Lamarck. Et pour ce transport, il y a lieu d’avoir l’autorisation de la Préfecture de police et des Ponts-et-Chaussées.

Carte postale de la grosse cloche la Savoyarde.
La Savoyarde, Françoise-Marguerite de son nom de baptême.

Voici une chanson déposé par Jean-Baptiste Chevrier dit René de Buxeuil à la Sacem le 09 mai 1923:

La plus grande cloche du monde,
Sur la Butte du Sacré-Cœur,
Fait entendre sa voix profonde
Que les échos clament en chœur
Chaque coup frappé dans l’aurore,
Par son battant troublant les airs,
Est comme un cri large et sonore
Qui se répand par l’Univers.

Refrain:
Dong, dong, dong,
Entendez-vous ce bourdon ?
C’est l’âme de Paris qui prie
Dans le bronze de la Patrie,
En songeant le passant s’attarde
Lorsque vibre dans les cieux gris
La grande cloche de Paris :
La Savoyarde !

Car les cloches parlent aux foules,
Et suivant les joies ou les deuils
Elles ont des larmes qui coulent,
Des frissons de gloire ou d’orgueil ;
Et lorsque passait la tourmente
Parmi les dangers angoissants,
Plus d’une fois la voix puissante
A jeté ses nobles accents.

Refrain
Dong, dong, dong,
Entendez-vous ce bourdon ?
C’est l’âme de Paris qui veille,
Disait-on en tendant l’oreille,
Car elle était à l’avant-garde.
Courage ! Peuple de Paris
Ainsi hurlait dans les cieux gris !
La Savoyarde !

De nouveaux printemps sous la nue
Ont dispersé les oiseaux noirs,
La Paix sereine est revenue
Dans les matins et dans les soirs,
Et maintenant la voix s’élève
Parmi l’entrain et la gaîté
De l’immense cité qui rêve
De travail et de Liberté

Refrain
Dong, dong, dong,
Entendez-vous ce bourdon ?
C’est l’âme de Paris qui chante
Fraîche, rieuse, point méchante.
Dans l’air pur où l’amour bavarde
Au-dessus des balcons fleuris,
Chante la cloche de Paris :
La Savoyarde !

Si cet article « La Savoyarde. » vous a plu, pourquoi ne pas le partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *