Le Palais de l’Elysée, univers clos enfermé par de haut murs et un vaste parc  situé au « 55, faubourg Saint-Honoré » est la résidence du président de la République depuis 1874. mais son histoire est bien plus ancienne. Edifié en 1718 par Armand Claude Mollet pour le Comte d’Evreux, gendre du financier Crozat, il devient propriété de madame de Pompadour en 1753 qui fait remanier l’intérieur du palais de manière somptueuse et agrandir le jardin. Elle léguera le Palais à son amant Louis XV. Transformé sous le directoire en lieu de divertissement il sert de salles de jeux et est divisé en appartements. Alfred de Musset figura parmi les occupants et il déclara plus tard: « Là fut mon air natal, et là mes études et mon gymnase ». Il accueille aussi bals populaires et feux d’artifices. Il sera restauré par le maréchal Murat qui le cédera en 1805 à l’empereur Napoléon 1er…qui l’offrira à Joséphine en cadeau de divorce avant de revenir y signer son abdication à l’issue des Cent-Jours. En 1816 le Palais de l’Elysée redevient propriété de la Couronne. Une nouvelle fois rénové sous Napoléon III en 1867 le Palais de l’Elysée est décrété en 1874 résidence officielle du président de la république.

Cour intérieure du Palais de L'Elysée.

Cour intérieure du Palais de L'Elysée.

La cour intérieure du Palais de L’Elysée: c’est le passage obligé pour entrer dans le Palais de l’Elysée. La Cour d’honneur, qui date du début du XVIIIe siècle, donne une idée du prestige que le Comte d’Evreux souhaitait offrir à son hôtel particulier.

Plan du rez-de-chaussée du palais de l'Elysée.

Plan du rez-de-chaussée du palais de l'Elysée.

Sur ce plan du Palais de L’Elysée tiré de L’Illustration No. 3667 du 7 Juin 1913 ne figure pas le corps de bâtiments bas qui précède la cour d’honneur, sur la rue du Faubourg-Saint-Honoré. Les appartements particuliers du président de la république sont situés au premier étage de l’aile donnant sur la rue de l’Elysée. Près de 300 pièces compose le palais de L’Elysée et couvrent une superficie de 11000 m².

Propriétaires successifs de l’Elysée:

Appelation.Propiétaires.
1718-1753: Hôtel d'Evreux.Henri-Louis de la tour d'Auvergne, Comte d'Evreux.
1753-1764: Hôtel d'Evreux.La marquise de Pompadour, qui l'avait acheté à la mort du Comte d'Evreux. Elle le légua à Louis XV en 1764.
1764-1773: Hôtel des Ambassadeurs extraordinaires.La Couronne.
1773: Hôtel des Ambassadeurs extraordinaires.L'Abbé Terray. Il acheta l'Hôtel pour le revendre aussitôt au financier Beaujon.
1773-1786 Hôtel Beaujon.Nicolas Beaujon. Il le légua en 1776 à Louis XVI en s'en réservant la jouissance jusqu'à sa mort qui survint en 1786. Louis XVI le vendit àlors à sa cousine la duchesse de Bourbon.
1786-1793 Elysée Bourbon puis 1797-1798.Louis-Bathilde d'Orléans, duchesse de Bourbon.
1793-1798: Elysée Bourbon.La convention, puis le directoire qui le rendit à la duchesse de Bourbon en 1797 et le reprit peu après pour le vendre en Mars 1798
1798-1805: Elysée Bourbon puis le "Hameau de Chantilly".Benoit Hovyn et sa fille Liévine, locataires de la duchesse de Bourbon avant de devenir propriétaires. Liévine aménagea des logements à Louer. Parmi les locataires: Léon de Vigny et son fils Alfred.
1805-1808: Palais de L'Elysée.Prince Joachim Murat. Nommé Roi de Naples, il céda ses biens, dont l'Elysée, à la France.
Aout 1808 - Décembre 1809: Elysée Napoléon.L'Impératice Joséphine. Napoléon lui en fit donation, lors de leur divorce, par un sénatus-consulte du 16 décembre 1809. Il le lui reprit en 1812. Mais l'Empereur n'y fit que de brefs séjours.
Décembre 1809 - Févriér 1812: Elysée Napoléon.La Nation. Pendant la première et la seconde restauration, L'Elysée fut occupé par le tsar Alexandre, puis par le duc de Wellington. La duchesse de Bourbon tenta vainement de récupérer son hôtel que le Directoire lui avait pris. Louis XVIII, après de multiples négociations, en renouvela l'acquisition pour le compte de l'Etat et donna en échange à la duchesse l'hôtel de Valentinois, rue de Varennes ( décret du 6 mars 1815). Le Duc de Berry y habita de 1816 à 1820. Il fut ensuite inhabité ou servit de séjour à des souverains étrangers. Le prince-président Louis-Napoléon en fit sa demeure officielle jusqu'en 1852. L'Elysée ne devint définitivement la résidence permanente du président de la république qu'en 1874, sous Mac-Mahon.
Dévrier 1812 - Mars 1814 et avril juin 1815: Elysée Bourbon.
1816-1848: Elysée Bourbon.
1848-1852: Elysée National.
1852-1870 Elysée Napoléon.
Décembre 1870-mai 1871: Elysée National.
Depuis 1871. Palais de l'Elysée.

Tableau descriptif tiré du magazine Historia Avril 1977.

Façade du palais de l'Élysée.

Façade du palais de l'Élysée. Le Président Fallières sortant de l

Grande entrée du Palais de L’Elysée permettant de pénétrer dans la cour d’honneur, et de là dans le palais de l’Elysée et le vestibule d’honneur.

Histoire croustillante du Palais de L’Elysée: Le 16 février 1899, Meg de son vrai-nom Marguerite Steinheil rejoint son amant, le président de la République, Félix Faure au Palais de L’Elysée. Celui-ci à eu une matinée d’audience chargée et lorsqu’il peut enfin rejoindre Meg, Felix Faure est surexcité. Après quelques minutes auprès d’elle, des cris se font entendre dans le Palais. Le chef de cabinet du président et les officiers de services se précipitent alors pour découvrir le président largement débraillé et au plus mal auprès d’une Meg grandement dévêtue et à moitié nue. Ceux-ci font donc fuir Marguerite Steinheil par l’avenue Gabriel. le Président Félix Faure victime d’une hémorragie cérébrale meurt quelques heures plus tard dans ce Palais de l’Elysée emblématique, symbole de liberté, d’égalité, de fraternité et qui défit le temps.

Le palais de L’Elysée est aujourd’hui accessible au public un fois par an pendant les journées du patrimoine.

Si cet article sur Le palais de L’Elysée vous a plu, pourquoi ne pas le partager:

Une réponse à to “En route pour L’Elysée.”

  • Baud Pierre:

    A l’attention de ceux qui ne le connaîtraient pas encore, permettez-moi de rappeler le commentaire de Clémenceau sur l’évènement tragi-comique de la mort du Président Félix Faure :

     » Il se voulait César, il ne fut que Pompée ! « 

Laisser un commentaire

RSS de Paris1900Paris1900.fr sur TwitterContacter Paris 1900Envoyez une Carte virtuelle de Paris1900.

Catégories