Percée en 1784, dans le mur des fermiers généraux ( comme en témoigne les deux pavillons symétriques de Claude Nicolas Ledoux, visibles sur les deux cartes postale suivante) la vieille place d’Enfer prit le nom de l’héroïque et courageux défenseur de Belfort, le Colonel Denfert-Rochereau, en 1878. A cet emplacement, coupant le mur, la barrière d’Enfer avait été édifié a l’endroit ou débouchait la route d’Orléans marquant l’entrée de la capitale. Le mur des fermiers généraux, érigé pour contrôler l’entrée des marchandises frappées de taxes dans la capitale, était percé de 47 entrées associés chacune à un pavillon d’octroi ou logeaient les contrôleurs de la ferme.  Les fouilles et les inspections des douaniers exaspèrent le public qui proteste contre cette enceinte. « Le mur murant Paris rend Paris murmurant ». Seul quatre barrières furent sauvegardées: celle du Trône, de la Villette, de Monceau et enfin, la Barrière d’Enfer. Un des deux pavillons abrite aujourd’hui l’inspection générales des carrières ainsi que l’entrée des catacombes édifiées dans le quartier au cours du XVIIIème siècle.

Paris XIVe arr. -Avenue d'Orléans prise à l'entrée des Catacombes.

Paris XIVe arr. -Avenue d'Orléans prise à l'entrée des Catacombes.

Nous pouvons voir sur cette carte postale le roi des animaux posant pour la postérité avec une majestueuse noblesse au milieu de la place. La vue suivante est prise depuis le Lion.

 Paris - Avenue d'Orléans. Porte du Lion de Belfort. Entrée des Catacombes.

Paris - Avenue d'Orléans. Porte du Lion de Belfort. Entrée des Catacombes.

Le café que nous voyons sur la gauche de la carte est aujourd’hui l’Indiana, celui sur la gauche le café du Rendez-vous.

Les deux grands batîments à arcades de la barrière d'Enfer (place Denfert-Rochereau).

Les deux grands batîments à arcades de la barrière d'Enfer (place Denfert-Rochereau).

Le Lion de Denfert, réduction en cuivre martelé de l’oeuvre de Bartholdi se trouvant à Belfort dans le grès rouge de la montagne, repose majestueux et superbe au milieu de la place Denfert Rochereau. Cette fameuse et imposante statue fut acquise par le Conseil de Paris en 1879 en mémoire de Denfert-Rochereau, chef des forces ayant protégé la ville de Belfort pendant la guerre de 1870-1871. La statue du Lion de Denfert fut inaugurée le mardi 21 septembre 1880. L’installation du Lion, tout d’abord projetée aux buttes Chaumont fut finalement réalisé sur la place Denfert-Rochereau face aux pavillons de Ledoux pour exaucer une pétition des habitants du 14ème arrondissement. Du même coup la place et la rue d’Enfer furent rebaptisé du nom de l’héroïque colonel. Le Lion de Belfort à toujours été lié, de près ou de loin, à des actions ou proclamations politiques: c’est en 1880 en effet que la première fête du 14 juillet fut célébrée et c’est aussi le point de départ de nombreuses manifestations de la population. Autre point remarquable de la place Denfert-Rochereau la gare du chemin de fer de Sceaux: en 1846 la ligne de Sceaux ouvre; son embarcadère en fut le terminus avant que celui-ci n’ait été déporté en 1895, au voisinage du Luxembourg. L’actuelle gare est de nos jours, le plus ancien témoin de l’architecture ferroviaire parisienne du règne de Louis-Philippe.

Paris - La place Denfert-Rochereau et le Lion de Belfort.

Paris - La place Denfert-Rochereau et le Lion de Belfort.

La Gaulois du 1880/09/22 (Numéro 375): Hier devait avoir lieu, dans le quatorzième arrondissement, l’inauguration du Lion de Belfort, œuvre du sculpteur Bartholdi. Des démarches très pressantes avaient été faites auprès de M. Gambetta, par les autorités de l’arrondissement, pour le prier d’honorer cette fête de sa présence. Hier matin, M. Divry, maire du quatorzième arrondissement, a reçu une dépêche de M. Constans, le prévenant que, vu les circonstances, l’inauguration de l’œuvre de Bartholdi devait avoir lieu sans aucun cérémonial, et en l’absence de tout fonctionnaire public. Par simple gracieuseté cependant, et pour apaiser le mécontentement des habitants du quartier, la musique du 130eme de ligne, sous l’habile direction de son chef, M. Orliac, a, de trois heures a cinq heures, fait entendre, au pied du monument, les morceaux les plus variés de son répertoire.

Le Lion de Belfort. Elevé à la mémoire de la défense nationale par Bartholdi.

Le Lion de Belfort. Elevé à la mémoire de la défense nationale par Bartholdi.

Nous pouvons voir une plaque sur la vue actuelle:  ce médaillon en l’honneur de Denfert-Rochereau fut ajouté sur le socle en 1979, un tiers de siècle après le retour de l’Alsace et de la Lorraine à la France. »

C’est au Jardin des Plantes, à Paris, qu’Auguste Bartholdi étudia les lions. Dans ses lettres à sa mère, Bartholdi raconta comment il les observa derrière les barreaux de leur cage. Mais il semblerait que ce soit un célèbre lion du nom de Brutus et qui faisait l’admiration des Parisiens de la butte Montmartre sous la baguette du dompteur Baptiste Pezon, qui ait été son modèle favori.

A Denfert-Rochereau
Sur son socle là-haut
Un lion très comme il faut
Surveille les autos
Du matin jusqu’au soir
Il fait plaisir à voir
Image du devoir
C’est un lion sans histoires

Quand le temps est au beau
Le lion fait du vélo
Quand le temps est à l’eau
Il fait du pédalo
Il va voir ses amis
Les chevaux de Marly
Les lionceaux et les lions
Place de la Nation

Au milieu de la nuit
Le lion bâille et s’ennuie
Il saute de son socle
Il chausse son binocle
Il prend son parapluie
Et disparaît sans bruit
Dans les rues de Paris
La nuit les lions sont gris

Il revient au matin
D’un pas plus incertain
Il ôte son binocle
Il saute sur son socle
Et devient aussitôt
Un lion très comme il faut
Immobile là-haut
A Denfert-Rochereau

Comme un vieux Parisien
Le lion va le lion vient
Personne n’en sait rien
Mais en écoutant bien
On entend tout là-haut
A Denfert-Rochereau
Le gros lion qui ronronne
Ne le dis à personne

Jacques Charpentreau

Si cet article « Place Denfert-Rochereau et Lion de Denfert. » vous a plu, pourquoi ne pas le partager:

Laisser un commentaire

RSS de Paris1900Paris1900.fr sur TwitterContacter Paris 1900Envoyez une Carte virtuelle de Paris1900.

Catégories